Retour sur notre assemblée générale

, par Gilles

Depuis plus de 40 ans, l’association est plus que jamais présente pour la défense et la promotion de notre bâti et les paysages, ce que n’a pas manqué de rappeler le nouveau président de l’ASMPQ Patrick Goyet à l’ouverture des travaux de cette rencontre statutaire annuelle.
Il a notamment rappelé les dernières prises de position et rencontres avec les acteurs locaux et les représentants des institutions (Etat, collectivités...) sans oublier les sorties toujours très prisées (+ de 200 participant aux 5 sorties 2017). A l’issue de la lecture des comptes financiers et des votes permettant le renouvellement des membres et l’entrée d’un nouveau Francis Kelly, il a ensuite passé la parole pour la seconde partie de cette réunion au premier intervenant
M. Pierre Sicard, architecte des Bâtiments de France. Ce dernier a présenté une action pilote relative à des mesures d’encouragement pour la sauvegarde du patrimoine non protégé. En effet, la richesse de notre département, si nous ne nous montrons pas plus vigilant, risque de disparaitre notamment par des opérations de restauration du bâti mal préparées et dépourvues de toute bienveillance quant au respect des fondamentaux (matériaux, ouvertures, couleurs, végétalisation...). Un projet est en cours d’élaboration et auquel notre association pourra prendre part principalement dans le signalement de bâtis représentatifs. Nous aurons l’occasion de revenir sur cette opération qui, nous l’espérons, trouvera un écho favorable auprès des instances régionales.

Les travaux ont ensuite été suivis par une instructive intervention de Michel Simon, premier adjoint au maire de Cahors, sur la requalification du centre ancien de la ville. Forte du slogan « La ville est belle », l’action de la municipalité sur la réhabilitation patrimoniale de certains secteurs sauvegardés a été longuement expliquée.
Pendant plus d’une heure, l’élu cadurcien a tenu à souligner que « les maisons du centre ancien historique, la forme urbaine compacte et dense et le rendement faiblement énergivore de ces anciens bâtis, en font par nature des éléments importants et ancrés dans la démarche de développement durable. » La reconquête de la centralité est au cœur de l’identité patrimoniale et Michel Simon a détaillé les projets phares déjà réalisés ou à venir : université, entrée sud, Croix-de-Fer, plaine du Pal. Enfin, il a précisé l’ensemble des dispositifs d’aide et de contrainte en vue de la reconquête du centre ancien médiéval.

Cliquez ce lien pour télécharger le compte-rendu détaillé