De la caselle à degrés à la "pièce montée"

, par Gilles

Une restauration sur la commune de Saint-Vincent Rive d’Olt qui aurait mérité mieux ; le prétexte touristique a eu le dessus et précipité les choses comme en témoigne les dalles destinées aux tables de piquenique ...

Notre association qui ne peut que regretter le traitement malheureux, rappelle quelques fondamentaux

Équilibre des formes
L’équilibre très ancien des formes et des degrés n’a pas été analysé. Était-il nécessaire de passer à 4 degrés ? Un premier degré aussi bas invite à grimper dessus alors que le couronnement est très fragiles (voir plus loin)

Douceur et logique des formes
Le fruit des murs (légère inclinaison vers l’intérieure) qui adoucit la silhouette
et sert la stabilité des murs n’a pas été respecté. Les degrés sont secs comme une empilement de boites en carton. De même une légère inclinaison du couronnement aurait favorisé l’écoulement des eaux et contribuer à adoucir la silhouette générale.

Absence de couronnement
Les couronnements en très petites pierres donnent aussi ce coté angle vif de la boîte en carton et la stabilité du couronnement n’est pas crédible.

Question à propos de la perte de la forme archaïque
Mais peut-être aujourd’hui est il insupportable de conserver dans le paysage une forme jugée aussi "paysanne", c’est à dire loin des règles modernes de constructions tirées au cordeau.
C’est se méprendre justement sur les fondements de l’architecture qui est mieux servie par des savoir-faire très anciens, intégrés par la société rurale et naturellement utilisés tel que l’équilibre des formes, que l’apprentissage du cordeau. C’est ce précieux savoir faire que nous avons perdu.